fbpx

Vos données personnelles seront utilisées pour vous accompagner au cours de votre visite du site web, gérer l’accès à votre compte, et pour d’autres raisons décrites dans notre politique de confidentialité.

Mieux comprendre l’algorithme de Facebook

Mieux comprendre l’algorithme de Facebook

Mieux comprendre l’algorithme de Facebook

Beaucoup d’utilisateurs de Facebook se sentent frustrés de ne pas voir apparaître leurs publications telles qu’ils le souhaiteraient. Nous avons pour la plupart eu, à un moment ou à un autre, l’impression que le réseau au grand F camouflait nos posts. La popularité de Facebook s’est trouvée dès lors en chute libre. Mais à quoi cela est dû ? Pas besoin de chercher bien loin la réponse. La raison se trouve dans l’apparition sur le réseau social d’un algorithme fort complexe voire un peu mystérieux. Mais que l’on aime ou pas Facebook, il est impossible de faire l’impasse sur un réseau social qui réunit une part importante de la population planétaire. Il y a par exemple aujourd’hui plus d’êtres humains sur Facebook qu’il y en avait dans le monde il y a deux siècles. Vous conviendrez donc avec moi que ce réseau social représente une part de marché importante sur le Web. Selon des estimations en date de novembre 2019, plus de 2 milliards de pages sont vues au quotidien. Dès lors, comment réussir à hisser ses publications en bonne position dans ce déluge quotidien de pages ? Pour y arriver, une seule solution s’impose à nous : comprendre comment fonctionne l’algorithme mystérieux de Facebook. 

Privilégier l’engagement au détriment de la passivité

La compétition a longtemps été rude entre les différents réseaux sociaux. C’était le cas au début de l’histoire des communautés virtuelles. A cette époque, pour Facebook, il fallait garder l’utilisateur le plus longtemps possible sur la plateforme. Il suffisait alors d’un certain nombre de clics ou de mentions j’aime pour être bien référencé sur ce réseau. Mais à mesure que Facebook a pris de l’ascendant sur ses concurrents, son algorithme ne s’est plus intéressé seulement au temps passé par les internautes sur la plateforme. Non, cela n’a plus suffit. Désormais, le réseau détermine certaines actions comme plus importantes que d’autres. L’algorithme privilégie les partages et les commentaires en les classant comme « actions à grand impact », au détriment des clics ou des simples mentions j’aime, relégués dans la catégorie « actions passives ». On peut alors se demander quelle fut la raison de ce revirement. La réponse est pourtant simple. Pour Facebook, les « actions à grand impact » demandent un certain effort et par conséquent, un certain engagement. C’est cet engagement que le fameux algorithme va analyser. Mais il faut aussi ajouter que depuis janvier 2018, la communauté virtuelle au grand F a choisi de mettre en avant les publications privées (amis, famille etc…). Les posts de nature professionnelle et publique sont donc en nette régression. Il s’agit pour Facebook de privilégier le bien-être, la chaleur ressentie, de vivre en communauté. 

Arrêt sur les quatre étapes de travail du robot de Facebook

Intéressons-nous à présent au mode de fonctionnement de l’algorithme de Facebook. Celui se déroule en quatre étapes : l’inventaire, les signaux, les prédictions et le score.

Le travail d’inventaire effectué par l’algorithme consiste à passer en revue les pages ainsi que les publications des amis que vous suivez. Ce travail est effectué dès lors que vous postez votre publication. Après l’inventaire viennent les signaux. Le robot de Facebook à ce stade de son travail va analyser un certain nombre d’informations. Il cherchera à savoir, qui à publier quoi, et avec quel appareil, etc… Les prédictions sont la suite logique des signaux. Ici, l’algorithme déduit, en fonction de l’inventaire et des signaux, quelles publications pourraient vous intéresser. Serait-ce du contenu informatif, utile, du contenu avec lequel vous pouvez interagir ou un contenu à partager avec d’autres abonnés ? Enfin, arrive la quatrième et dernière étape : le score. Elle consiste à attribuer une note à partir du supposé intérêt que génère pour vous, la publication dont il est question. C’est ainsi qu’est déterminé votre fil d’actualité. Les publications que l’on y retrouve sont, comme vous pouvez le constater, de plus en plus personnalisées. Dès lors, vous comprendrez sans doute mieux pourquoi une partie seulement de vos posts sont vus par vos contacts.

Faire travailler l’algorithme Facebook à son avantage 

Il existe toutefois un moyen de faire en sorte que l’algorithme de Facebook travaille à notre avantage. Car oui, tout n’est pas perdu. 

En premier lieu, gardez à l’esprit que la règle d’or du référencement est la qualité du contenu posté. Ceci est valable pour tous les sites web et tous les réseaux sociaux. Dès lors, publiez du contenu de qualité et suscitez l’intérêt de vos utilisateurs. Le but est de les conduire à échanger entre eux. Car oui, les réponses et les commentaires participent activement à la mise en avant de vos publications. Privilégiez aussi la vidéo et de manière générale tout contenu visuel. Il s’agit là d’un excellent moyen d’assurer votre visibilité. De plus, les vidéos postées en direct (Facebook Live) sont importantes dans le travail de classement effectué par l’algorithme de Facebook. Enfin, misez sur l’actualité. Plus une publication est récente, plus elle a de fortes chances d’être bien référencées. En d’autres termes, soyez présent et actif sur Facebook.


Inscrivez-vous à la Newsletter pour recevoir des conseils

et des stratégies sur le marketing digital :

CEO à | 0778265083 | [email protected] | Site Web | Plus de publications

Allan Kinic est le fondateur de l'agence Kinic. Expert en communication et marketing digital, il anime régulièrement des formations et des conférences sur le sujet. Il est également chroniqueur pour des sites spécialisés dans le domaine.

Commentaires (2)

  • Bonsoir, en effet j’ai remarqué des changements dans la manière de traiter les publications. Je pense que Facebook s’aligne avec les autres réseaux sociaux dans sa façon de fonctionner. Le Facebook d’aujourd’hui n’a plus rien à voir avec celui d’il y a 10 ans.

    • Facebook est en constante évolution. Ce qui est vrai maintenant, ne le sera sans doute pas demain…

Écrire un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.