fbpx

Vos données personnelles seront utilisées pour vous accompagner au cours de votre visite du site web, gérer l’accès à votre compte, et pour d’autres raisons décrites dans notre politique de confidentialité.

Comment élaborer un bon reporting réseaux sociaux ?

Comment élaborer un bon reporting réseaux sociaux ?

Comment élaborer un bon reporting réseaux sociaux ?

Afin de prendre les bonnes décisions concernant la stratégie de marketing de votre marque sur les réseaux sociaux, vous devez élaborer un reporting. Toutefois, ce reporting réseaux sociaux sera probablement appelé à être consulté par plusieurs acteurs intervenant dans votre stratégie. Vous devez donc veiller à ce qu’il soit bien élaboré. Mais savez-vous comment procéder ? Pas forcément. Dans ce cas, suivez le guide pour en savoir plus. 

Les étapes avant l’élaboration du reporting réseaux sociaux

Pour qu’un reporting réseaux sociaux soit bon, cela implique de ne pas se lancer tout de suite dans sa rédaction. En effet, une phase de réflexion et de préparation est. Cela passe notamment par :

L’identification de vos objectifs

Tout d’abord, vous devez identifier le but que vous souhaitez atteindre en réalisant ce reporting, sa raison d’être ou encore ce que vous avez l’intention de démontrer. 

Selon l’objectif défini, nous pouvons distinguer 3 types de reporting réseaux sociaux. Le reporting régulier qui permet de démontrer les progrès effectués au niveau des réseaux sociaux. Il ne peut porter que sur une marque ou les concurrents d’une marque. Puis, le reporting ponctuel qui est élaboré après une campagne et est destiné à évaluer la réussite d’un événement, d’une campagne marketing ou du lancement d’un produit. Enfin, les comptes rendus de recherche. 

L’identification de vos cibles

Il est utile de savoir à quelle personne est destiné votre rapport, qui le lira. En effet, ce paramètre aura un impact sur le volume de vos données ainsi que sur les rubriques et leur type. À vrai dire, un reporting réseaux sociaux est généralement un document volumineux. Cependant, s’il est destiné au directeur ou aux membres de la direction, il est préférable qu’il soit le plus synthétique possible. Mais pour des personnes telles que les techniciens marketing ou les responsables marketing, vous pouvez détailler votre rapport. 

Le choix des bons outils

Pour vous faciliter la tâche et en finir rapidement avec votre reporting réseaux sociaux, vous devez utiliser des outils vous permettant de l’élaborer. En dehors de Powerpoint, il existe des alternatives comme Plezi, Google Slides ou Keynote.  

Par ailleurs, il est également utile de penser aux choix des outils pour l’analyse de la présence de votre marque sur les réseaux sociaux. Les données fournies par ces outils vous permettront de mieux rédiger votre rapport. Généralement, les réseaux sociaux en intègrent déjà mais ceux-ci, ne sont pas toujours très efficaces. Vous pourrez donc vous tourner vers Meltwater Social, Google Analytics, Iconosquare et SocialShare. 

L’identification de la périodicité de votre reporting

La périodicité est la durée sur laquelle va s’étendre votre reporting. Généralement, cette périodicité dépend de la catégorie de votre reporting. 

Ainsi, les reporting réguliers pourront être élaborés hebdomadairement, mensuellement ou trimestriellement. Les reporting ponctuels ou les comptes rendus de recherches ne porteront que sur la durée de la campagne, de l’événement ou des recherches. 

La rédaction du reporting réseaux sociaux

À présent que vous avez une idée de toutes les étapes à franchir, vous pouvez passer maintennat à la rédaction du reporting. Cependant, vous devez considérer les points suivants lors de la rédaction :

La forme

Que votre reporting réseaux sociaux soit volumineux ou non, il est peu probable que ceux à qui il est destiné, disposent de suffisamment de temps pour le lire. De plus, la plupart des personnes n’auront pas forcément très envie de lire ce genre de document. Pour contrer cela, éveillez l’intérêt du lecteur en soignant la forme. Commencez par insérer une page de garde qui attire, puis, un sommaire et des titres en couleur, ainsi que des graphiques et des tableaux que vous prendrez bien soin d’expliquer. Faites-en sorte toujours que votre reporting contienne toutes les informations utiles, sans pour autant submerger le lecteur. Servez-vous de couleurs vives pour mettre en évidence les informations pertinentes. 

Par ailleurs, pour éviter que votre cible ne se lasse de lire votre reporting, optez pour la technique de la pyramide inversée. Cette technique consiste à insérer des mini conclusions dans un rapport, après un certain nombre de pages. Ainsi, votre cible aura une idée des points importants sans pour autant avoir à lire tout le contenu. 

Créer des rubriques

Vous devez structurer votre reporting à l’aide de rubriques. Ces dernières peuvent être les phases de votre tunnel marketing, mais aussi les 3 étapes du POEM synthétique de l’analyse des insights : Paid Media, Owned Media et Earned Media. 

Faire le point

À la fin de votre reporting, vous devez faire le point sur toutes les données que vous avez recueillies. En fonction de ces données, vous mettrez en œuvre les actions positives entreprises par la marque, et les axes d’améliorations. Cependant, concernant le point des actions à améliorer, n’oubliez pas de faire des recommandations. Par ailleurs, élaborez aussi un cahier de charges qui tient compte des besoins de votre cible après sa lecture du reporting.


Inscrivez-vous à la Newsletter pour recevoir des conseils

et des stratégies sur le marketing digital :

CEO à | 0778265083 | [email protected] | Site Web | Plus de publications

Allan Kinic est le fondateur de l'agence Kinic. Expert en communication et marketing digital, il anime régulièrement des formations et des conférences sur le sujet. Il est également chroniqueur pour des sites spécialisés dans le domaine.

Écrire un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.